Espace de vie intérieur

Les réseaux telluriques et sacrés

réseau sacré

Les réseaux sacrés

Les traditions ancienes commes les Celtes, la Chine ancienne, les Aborigènes, la plupart des traditions amérindiennes : les Kogis (nord Colombie) ou les Incas (Pérou) connaissaient ces réseaux sacrés qui parcourent notre planète. Les chinois les appelaient "veine du dragon", "les Turingas" pour les Aborigènes, "les Ceques" pour les Incas. Les Celtes marquaient ces lignes de menhirs comme nous connaissons à Carnac et ailleurs. Ces lignes sont parcourues de flux d'énergie que de nombreuses traditions ancestrales utilisaient pour leur effets bénéfiques, et respectaient, dans un souci d'équilibre divin.

Des scientifiques Russes (Goncharov et Makarov) ont développé en 1973 une grille énergétique de la planète, composée d'un ensemble de pentagones et de triangles équilatéraux. Il est intérressant en France de repérer que des lieux sacrés, ou saints se trouvent placés sur les croisements de cette grille. Des lieux comme le Mont-Saint-Michel, Saint-Jacques de Compostelle, la cathédrale de Chartres, le centre Tibétain de Karma ling dans les Alpes, Amiens, Prague, Rome se retrouvent liés par cette géométrie sacrée, profitant ainsi d'une grande puissance énergétique.

Pour en savoir plus, lire "Géométries sacrées" de Stéphane Cardinaux.